Assurance vie

Assurance Vie

L’assurance vie reste le placement financier préféré des Français. Réputée pour sa souplesse et sa fiscalité attractive, elle présente, en effet, de nombreux avantages.

1 - Qu’est-ce que l’assurance vie ?

L'assurance vie est un produit d’épargne à moyen et long terme. Elle permet de se constituer un capital et de le faire fructifier dans le temps. Elle peut être utilisée comme un simple placement financier mais aussi comme un outil de transmission de son patrimoine.

L’assurance vie trouve donc sa place dans le patrimoine de chaque Français quels que soient son âge, son niveau de revenus et ses objectifs.

Des versements libres
Une épargne toujours disponible

2 - Pourquoi souscrire un contrat d’assurance vie ?

Souple et peu contraignante, l'assurance vie est un excellent support d’épargne pour anticiper l’avenir avec sérénité. Elle s’adapte à tous vos objectifs :

  • préparer un achat immobilier ;
  • se constituer une épargne de précaution ;
  • financer les études de ses enfants ;
  • protéger son conjoint ;
  • s’assurer un complément de revenus en vue de la retraite.

L’assurance vie permet également de transmettre un capital à ses proches en désignant un ou plusieurs bénéficiaires de son choix. Au décès de l’assuré, ces derniers percevront le capital constitué au fil des années.

Un placement accessible à tous

Tout le monde peut souscrire un voire plusieurs contrats d’assurance vie. Il n’existe pas d’âge minimum pour souscrire. Un mineur peut donc détenir une assurance vie. Ce sont toutefois ses parents, en qualité de représentants légaux, qui devront signer la demande d’adhésion au contrat.

3 - Comment fonctionne l’assurance vie ?

Chacun alimente son contrat comme il le souhaite. Vous pouvez ainsi réaliser :

  • un versement unique : c’est-à-dire un seul versement à l’ouverture du contrat ;
  • des versements libres : vous versez ce que vous voulez en fonction de vos rentrées d’argent (un montant minimum est néanmoins fixé par votre assureur) ;
  • des versements réguliers : vous pouvez effectuer des versements périodiquement ou mettre en place un programme de versements. Vous définissez alors le montant et la périodicité de vos virements (mensuelle, trimestrielle…) et vous pouvez à tout moment modifier ou interrompre ce programme.

Bien entendu, vous pouvez combiner versements programmés et versements libres.

L’épargne constituée sur votre assurance vie n’est pas bloquée. Elle peut être récupérée à tout moment (le cas échéant avec accord préalable du bénéficiaire acceptant). Vous pouvez effectuer un rachat partiel en ne récupérant qu’une partie de votre épargne ou un rachat total.

Vous pouvez également demander à tout moment la conversion de votre épargne en rente viagère, c’est- à-dire en rente versée jusqu’à la fin de votre vie. Cette solution a l’avantage de la sécurité.

Une épargne non plafonnée

Contrairement au Livret A ou au PEA, la loi ne fixe pas de plafond maximum pour l’assurance vie. Il est donc possible de faire des versements sur son contrat sans limite de montant.

4 - Comment est investie votre épargne ?

L’assurance-vie est une solution modulable qui permet de choisir ses supports d’investissement en fonction de son profil et du niveau de risque que l’on est prêt à accepter.

Elle donne ainsi accès à plusieurs supports d’investissement que l’on peut librement combiner :

  • Le fonds en euros. Ce support permet de sécuriser son épargne. L’argent placé sur le fonds en euros est, en effet, garanti par l’assureur quelle que soit l’évolution des marchés financiers. L’épargnant est ainsi assuré de pouvoir récupérer les sommes qu’il a placées sur le fonds en euros quoi qu’il arrive (après déduction des frais prélevés sur l’épargne gérée et des avances en cours le cas échéant). Le fonds en euros génère des intérêts. Ils s’ajoutent chaque année à l’épargne constituée sur le contrat.
  • Les supports en unités de compte. Une unité de compte, ou UC, est un support d’investissement financier. Elle est composée de valeurs mobilières investies dans des actions, des obligations, des supports monétaires… La performance d’une UC est donc directement liée aux variations des marchés financiers et peut fluctuer à la hausse comme à la baisse. Les sommes investies sur les unités de compte ne sont pas garanties et présentent un risque de perte en capital. En contrepartie, les perspectives de performances peuvent se révéler plus élevées sur le moyen/long terme.

Les unités de compte permettent de diversifier ses investissements et de construire sa stratégie en fonction de ses projets et de la prise de risque que l’on est prêt à accepter. Chaque contrat d’assurance vie propose sa propre sélection d’unités de compte. Elles permettent de se positionner sur des marchés, des zones géographiques et des niveaux de risque très variés au sein d’un même contrat.

Faire évoluer vos investissements en réalisant un arbitrage

Vous pouvez, à tout moment, revoir la répartition de votre épargne entre les différents supports d’investissement en réalisant un arbitrage. Ceci vous permet de transférer votre argent placé sur le fonds en euros vers une unité de compte (ou vice versa) ou d’une unité de compte vers une autre. Pour vous faciliter la vie, vous pouvez aussi opter pour une option d’arbitrage automatique.

5 - Choisir un bénéficiaire en cas de décès

En cas de décès de l’assuré, le contrat prend fin. Le capital est reversé au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) dans la clause bénéficiaire du contrat. Cette désignation du ou des bénéficiaires est libre.

L’assuré a le choix : il peut opter pour la clause bénéficiaire dite « standard » proposée par son assureur ou rédiger lui-même la clause. Il choisit alors la ou les personnes de son choix.

6 - Une fiscalité attractive

L’assurance-vie bénéficie d’un cadre fiscal spécifique. C’est l’un de ses nombreux atouts. Pendant la phase d’épargne, les revenus générés par le contrat ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu.

En cas de rachat, les versements sont soumis au Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) ou, sur option, au barème progressif de l’impôt sur le revenu, ainsi qu’aux prélèvements sociaux. L’impôt ne s’applique pas sur la totalité du rachat effectué, mais uniquement sur la quote-part des produits (intérêts et plus-values) compris dans le rachat. 

Au décès de l’assuré, le capital constitué sur le contrat est transmis au(x) bénéficiaire(s) qu’il a désigné(s). Ce capital est transmis sans droits de succession lorsqu’il est versé au conjoint, au partenaire de Pacs ou, sous certaines conditions, aux frères et sœurs. Cette exonération fiscale s’applique quels que soient le montant du capital versé et la date des versements effectués sur le contrat.

Pour les autres bénéficiaires, le capital transmis peut être totalement exonéré de droits de succession ou bénéficier d’abattements allégeant nettement les droits à payer. Les règles applicables varient en fonction de la date d’adhésion au contrat et de la date des versements.

Ces informations sont fondées sur la réglementation en vigueur le 08/11/2021 et ne constituent pas un conseil ou un avis juridique ou fiscal. Celles portant sur la fiscalité ne sont qu’une présentation simplifiée du régime applicable aux personnes physiques ayant leur domicile fiscal en France. Document publicitaire, sans valeur contractuelle - Seule la notice d’information a valeur de contrat.

*est un contrat collectif d’assurance vie à adhésion facultative